laville_insoumise

Présentation de l'éditeur

 

A trente-quatre ans, Jim Vilatzer considère que sa vie s'enlise dans la médiocrité. Employé dans le delicatessen que ses parents, enfants d'immigrés russes, ont ouvert dans une banlieue de Chicago, échaudé par un échec sentimental, pris à la gorge par des créanciers, il suffoque et rêve d'un changement de décor. Lorsque l'opportunité lui est offerte de partir en Russie, il la saisit sur le champ. C'est ainsi que le jeune Américain s'installe à Moscou, où il est embauché par la Fondation de la mémoire pour recueillir des témoignages. Peu à peu, il se familiarise avec une ville inhospitalière qui ne ménage pas ses habitants, loin de se douter qu'en tombant amoureux de la belle Kaisa et en rencontrant d'anciens prisonniers, il sera mêlé à un complot d'envergure planétaire, au grand dam du gouvernement russe et de la CIA. Ce thriller mené tambour battant est avant tout une déclaration d'amour à une ville chargée d'émotions et d'histoire ainsi qu'une réflexion tout en finesse sur le déracinement et l'identité familiale.  

 

      

Biographie de l'auteur

 

  Né en 1975 à Chicago, Jon Fasman a étudié à Brown University et à Oxford, puis a travaillé comme journaliste à Washington, New York, Moscou et Londres. Son premier roman, La Bibliothèque du géographe, a été traduit dans une dizaine de langues.  

Autre découverte de la Russie avec un roman d'un auteur américain cette fois-ci.

J'ai eu beaucoup de peine avec ce livre, tiraillée entre l'abandon et l'envie de savoir. J'ai du mal à savoir ce qui m'a réellement plu. Essayons tout de même.

L'histoire est simple ; un jeune homme américain rate tout dans sa vie et poursuivi par une dette, décide de quitter le pays. Par un ami, il trouve un poste en Russie pour une mission. Il s'agit d'interviewer d'anciens prisonniers. Cette mission va l'entrainer dans une course à laquelle il ne s'attendait pas, entre services secrets, service de l'ambassade etc. Je dois dire que j'ai été assez souvent paumée et que cette histoire ne me semblait pas plausible. J'avais l'impression de lire le club des cinq en Russie version adulte, coup de feu en plus et chien excepté avec des longueurs...

Le personnage est tout de même attachant, un looseur que l'on a envie de prendre en main, intuitif et rebelle à sa façon. J'ai apprécié le style d'écriture et surtout tout ce que l'on apprend sur le quotidien des moscovites ainsi que sur les conventions sociales inhérentes à la vie dans ce pays.

chez_les_fillesJe remercie Suzanne de "chez les filles" et les éditions du Seuil pour l'envoi du livre.

Critiques chez uncoindeblogsaxaoul,