lefilmvafairePrésentation de l'éditeur
Jeune et ambitieux réalisateur, Alexis est harcelé par Sammy, un malfrat cinéphile qui l'admire et le presse de tourner un film sur sa vie. Sammy est prêt à tout, et même à modifier cette vie pour qu'elle devienne le script idéal au regard du cinéaste. Mais comment se débarrasser de cette amitié encombrante et de ce rôle de coach imposé par le truand ? Alexis est inexorablement entraîné dans le plus inquiétant des scénarios : amours et carrière se disloquent. Le destin est en marche et ne lâchera plus sa proie avant le clap de fin. Au-delà du thriller kafkaïen, ce roman d'humour noir est une comédie sociale où les personnages errent entre trois mondes impitoyables : ceux du cinéma, du crime et de la publicité. Reste à savoir lequel est le plus dangereux... On retrouve ici le ton acerbe d'un premier roman remarqué qui dépeignait sans ménagement le monde de l'édition et la condition de l'écrivain.

Biographie de l'auteur
Georges FLIPO est publicitaire. Nouvelliste pour la radio (Radio France, France Bleu), il est l'auteur de La Diablada et Qui comme Ulysse (Anne Carrière), ainsi que du roman Le Vertige des auteurs (Le Castor Astral)
.

Voilà cela devait arriver, le pire truc qui soit : ne pas du tout aimer le livre d'un auteur que je connais un petit peu via son blog. J'ai hésité à écrire ce billet car j'ai comme l'impression de trahir un auteur. Mais cependant, oui je n'ai pas aimé. Je ne suis pas rentrée dans cette histoire rocambolesque, elle ne m'a pas fait sourire. Je l'ai trouvée artificielle et les personnages détestables. Autant j'avais apprécié l'univers de l'édition et sa description corrosive du "vertige des auteurs", autant j'ai été imperméable à cet univers du cinéma présenté dans ce roman.

Encore une fois, je ne suis pas en phase avec la critique qui dans son ensemble encense le roman et c'est tant mieux pour Georges. Je reste néanmoins en alerte sur ce qu'il écrit car j'avais apprécié "le vertige des auteurs" ainsi que le recueil de nouvelles "Qui comme Ulysse".

et comme dirait Georges Flipo : "elle est comme ça Thaïs, elle dit simplement ce qu'elle pense".

Critiques dithyrambiques de la presse et blogueurs sur le site de l'auteur ICI

BONNE FETES DE PAQUES A TOUS ET... A GEORGES