syngue

4ème de couverture :

En persan, Syngué sabour est le nom d'une pierre noire magique, une pierre de patience, qui accueille la détresse de ceux qui se confient à elle. Certains, dans ce livre en tout cas, disent même que c'est elle qui est à La Mecque, et autour de quoi tournent les millions de pèlerins. Le jour où elle explosera d'avoir ainsi reçu trop de malheur, ce sera l'Apocalypse. Mais ici, la Syngué sabour, c'est un homme allongé, comme décérébré après qu'une balle se soit logée dans sa nuque sans pour autant le tuer. Sa femme est auprès de lui. Elle lui en veut de l'avoir sacrifiée à la guerre, de n'avoir jamais résisté à l'appel des armes, d'avoir été un héros, et pour ce résultat : n'être plus, à la suite d'une rixe banale, qu'un légume. Pourtant elle le soigne, et elle lui parle. Elle lui parle même de plus en plus. Tandis que dans les rues les factions s'affrontent, tandis que des soldats pillent et tuent alentour, elle parle, elle dévide sa litanie sans jamais savoir si son mari l'entend et la comprend. Et c'est une extraordinaire confession sans retenue par quoi elle se libère de l'oppression conjugale, sociale, religieuse, allant jusqu'à révéler d'impensables secrets dans le contexte d'un pays semblable à l'Afghanistanl'Afghanistan. A la fin du livre cette Syngué sabour explosera... Avec ce roman, directement écrit en français, Atiq Rahimi retrouve une forme de réalisme très proche de Terre et cendres avec une écriture qui, sèche et précise, sait aussi devenir par moments lyrique, emportée. Cependant, plus directement que dans ses précédents livres, et comme de l'intérieur, il décrit avec beaucoup d'audace, la réalité oppressante, au quotidien et plus précisément au quotidien féminin, d'une certaine conception de l'Islam.

Pour une fois que j'apprécie et que je lis dans les temps (c'est à dire dans l'année qui suit) un prix Goncourt !

Je le clame haut et fort c'est une merveille ! Un huis clos d'une rare délicatesse que nous propose Atiq Rahimi dans un pays qui pourrait être l'Afghanistan ou tout autre pays où l'imam appelle à la prière et où les femmes sont voilées. Huit clos avec une femme dont on ne connaît pas le prénom car elle pourrait être n'importe quelle femme, face à son mari alité et comateux. Et le mari devient le Syngue Sabour, cette pierre de patience vers laquelle on  peut déverser tout le vécu trop lourd à porter. Ainsi la parole de cette femme se répand au fil des jours, au fur et à mesure que les pans de sa vie sont revisités. Le passé fait comprendre le présent.

Le style d'Atiq Rahimi est sobre ; phrases courtes et fortes qui retranscrivent très bien la précarité du lieu et de la situation. Sur fond de balles perdues et de saga familiale, nous avons un très bel aperçu du quotidien de certaines femmes.

Dur et riche. Quel beau livre !

Critiques chez KarineBabelio, Saxaoul, Wictoria, Sylvie, Tasse de Thé