kafka_sur_le_rivage

4ème couverture : Kafka Tamura, quinze ans, s'enfuit de sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui. De l'autre côté de l'archipel, Nakata, un vieil homme amnésique décide lui aussi de prendre la route. Leurs deux destinées s'entremêlent pour devenir le miroir l'une de l'autre tandis que, sur leur chemin, la réalité bruisse d'un murmure enchanteur. Les forêts se peuplent de soldats échappés de la dernière guerre, les poissons tombent du ciel et les prostituées se mettent à lire Hegel. Conte initiatique du XXIe siècle, Kafka sur le rivage nous plonge dans une odyssée moderne et onirique au cœur du Japon contemporain.

Galvanisée par la lecture récente de "l'éléphant s'évapore", j'ai vraiment adhéré à la quête spirituelle de ce jeune homme, ses rencontres improbables avec plusieurs personnages hauts en couleur et ses questionnements d'ici et d'ailleurs. J'ai suivi amusée en parallèle, la vie de Nakata, ce personnage simplet et attachant dont les recherches sont aussi énigmatiques que celles d'autres personnages. Le réel côtoie l'irréel, la matière l'être,le probable l'improbable, la mort la vie.

Mais au bout d'un moment, cette fable m'a ennuyée. L'ectoplasme sortant de la bouche d'un cadavre a mis à bout ma patience pourtant bienveillante. Impressionnée par la densité de ce livre dès les premières pages, j'ai été déçue au bout de la route, 600 pages plus loin.

J'aurais peut-être du espacer la lecture de livres du même auteur comme me l'a gentiment dit effigy, le récit est peut-être trop long (mais quand on aime normalement, on ne compte pas), à moins que je ne sois passée à côté de quelque chose d'exceptionnelle ???

Plus sur Haruki Murakami l'auteur de ce livre.

Dans ce livre, on parle de musique et peinture et notamment du concerto°1 d'Haydn dont voici un extrait :


Découvrez Joseph Haydn!

Bon week end mes petits loups !