"Le miel de l'aube. Une enfance en Bourgogne sous l'occupation" de Lucette Desvignes

Editions de l'Armançon .(éditeur bourguignon)

Lucette Desvignes est professeur et écrivain contemporain multigenre. Elle a, à son actif des romans, des nouvelles, de la poésie et du théâtre. Elle est active en Bourgogne et participe en tant que membre du jury voire Présidente, a des prix littéraires comme celui-ci.

Ce livre "le miel de l'aube" comporte deux parties : L'autobiographie de son enfance puis la guerre et son vécu lors de l'occupation.

C'est un livre que j'ai eu du mal à finir tant les descriptions sont nombreuses mais cependant, je suis ravie d'être arrivée au bout...d'une  enfance, celle de Lucette Desvignes, qui est racontée avec plein de poésie dans un style très soutenu. C'est un livre où il faut prendre son temps :

Le temps de s'imprégner des odeurs de l'école dans laquelle elle vivait, son père étant directeur d'école et sa mère institutrice, l'odeur de la craie et de l'eau de javel.

le temps de se rappeler ce que pouvait être l'école en ce temps là : le cérémonial de l'encre versée dans les encriers, de la "guerre" des plumes, des mouvements des cartes de géographie et de la distribution des prix. Comme le dit très bien Lucette Desvignes "l'école était pour nous autre chose qu'une routine quotidienne ; c'était une morale, une philosophie, c'était un système de vie".

Et puis vint le summum de la hiérarchie, eu égard à ses parents, l'étude du latin et du grec au collège.

L'univers studieux de l'école puis du collège est ponctuée de vacances sur la côte d'azur mais surtout au lac des settons avec des promenades en barque, des bains de pied ou le brouillard enrobant la forêt, nourrissent son appétit de félicité.

Nous pouvons aussi à travers son récit saliver sur les plats et les vins proposés lors des fêtes familiales : Le chassagne-montrachet, le vosne-romanée et le chambertin fleurent bon la Bourgogne !

La musique et la lecture de Jules Verne, Conan Doyle et Agatha Christie nous donnent un aperçu de cette éducation stricte, sérieuse mais éclectique. Ce qui caractérise Lucette Desvignes est sa boulimie de connaissances diverses dès son jeune âge.

Puis à l'âge de 13 ans vint la déclaration de guerre et l'occupation de l'école, la routine de la pénurie, le collège et les alertes, le repli dans la maison de campagne, l'exode derrière la ligne de démarquation puis le retour à Châlon malgré l'occupation. Et voici ce qu'elle dit de cette période :" J'étudiais avec une espèce de rage qui compensait tant de manques, avec une détermination qui voulait effacer ce contexte de pénurie et d'humiliation".

Elle marquait sa réprobation de l'occupant par des petits gestes comme fleurir les tombes des alliés, suivre des corbillards de rapatriés ou s'engager comme secouriste..

Elle décrit enfin la libération attendue et son entrée à la faculté de lettres et de droit de Dijon.

" C'était à moi de prendre en main mon destin...Je laissais derrière moi l'histoire, l'enfance, l'adolescence."

Ce livre, fruit du terroir bourguignon est bien écrit, bien enveloppé dans son kaléidoscope d'odeurs, de saveurs et d'acuité de perception. Il est juteux et agréable à avaler car authentique. Néanmoins pour mon palais, qui aime l'acidité, j'ai aimé avaler un thriller en guise de trou normand.

Certains livres de Lucette Desvignes :

- la saga "les mains nues" (prix bourgogne 1986) avec "Les noeuds d'argile", "le grain du chanvre" et "le livre de Juste"

- la saga "les mains libres"  avec "Vent debout" et "La brise en poupe"

- Famille, familles

- La maison sans volets

- Contes du vignoble

Vous pouvez visiter une école-musée comme avant, à Champagny près de Saint-Seine L'Abbaye. Les infos c'est ICI

champagny