"Al dente" comme on le dit des pâtes en Italie, car comme un bon plat, un roman policier d'Andrea Camilleri se déguste.

camilleri

Pourquoi lire un Camilleri ?

Pour le commissaire Montabalno pour qui le plaisir de la table est au moins égal à son acharnement à trouver le coupable.

A chaque roman attendez-vous à découvrir au moins 3 ou 4 recettes qui vous font voir une cuisine italienne qui donne une furieuse envie de se précipiter dans le 1er resto italien venu (non, pas le premier, prenez le temps) pour se mettre à table.

A Paris L’ostéria 10 rue de Sévigné 14ème (commentaire Michelin « Ni enseigne ni menu sur la façade de cette trattoria appréciée par une clientèle fidèle et quelques vedettes (autographes et dessins aux murs). Goûteuse cuisine italienne de saison »)

Pour la truculence des mots, de la langue sicilienne (oui oui en français ça le fait aussi), Camilleri a su mettre en valeur (ce que les ch’tis ne font que confirmer), que l’intérêt dans toute chose ou toute personne réside avant tout dans la différence.

Pour l’entourage de Montalbano : les personnages secondaires, Livia sa fiancée qui aime tellement son Montalbano qu’elle lui parle autant qu’elle l’engueule (et oui elle arrive même, à faire les 2), Mimi Augello son adjoint sauteur invétéré et Ingrid la bonne copine suèdoise, taille mannequin et pilote hors pair, tout un programme. Tous ces personnages ont leur importance et font tout le charme de cette « comédia à l’Italienne ».

Liste des livres lus (format poche) :

La forme de l'eau

Chien de faïence

Le voleur de goûter

La voix du violon

La démission de Montalbano

L'excursion à Tindari

Le tour de la bouée

La première enquête de Montalbano