ARC-EN-CIEL

12 août 2010

LE RETOUR OUI MAIS pour PARTIR...

J'ai vraiment passé de bonnes vacances, j'ai découvert le rire et la peur en catamaran, les ballades en vélo sur toutes les pistes cyclables, j'ai admiré les châteaux de sable érigés par les enfants et quelques couchers de soleil  magnifiques ; J'ai apprécié certaines visites très intéressantes faites avec les enfants que je vous recommande : la criée d'Arcachon très tôt le matin pour comprendre comment se fait la vente du poisson, la source des Abatilles (l'eau d'Aquitaine), le moulin de la Cassadotte  pour voir et déguster le caviar de Gironde.

J'ai aussi lu quelques livres sympas dont j'ai pompé les titres sur la blogosphère, Tsubaki chez Aifelle, bonheur fantôme chez Anne et surtout, surtout les déferlantes un peu partout...j'ai eu du mal à lâcher ce livre, son ambiance, ses personnages.

J'ai lu aussi "mon" San Antonio" Une nurse anglaise"...amusant !

Je suis entrain de lire aussi le petit dernier de Maud Lethielleux "d'où je suis je vois la lune" grâce à Géraldine (Merci toi !). J'ai vraiment l'impression d'une ambiance à la Saint Ex dans "le petit Prince" (enfin presque !) avec la capacité de Moon de s'interroger sur le quotidien de manière très spirituelle et drôle. Je suis bluffée !

Et puis sur ma table de nuit trône le dernier de Delphine de Vigan "les heures souterraines".

Quant à la blogosphère je m'en retire tout doucettement. Je n'ai plus le temps de rien, ni de venir vous lire, ni de m'exprimer moi-même ou alors très mal. Je suis entrain de me recentrer sur ma vie du quotidien, mon boulot à plein temps, les enfants, mon mari, les amis et un chouya de sport.

Je continuerai à venir puiser les idées de lecture.

Je sais que le fait de rédiger mon ressenti sur certains livres va me manquer. Je sais que la découverte de certains auteurs et livres via les partenariats va me manquer. Je sais que certains échanges avec les blogo-copains/copines vont me manquer. Je sais que certaines rencontres avec des auteurs vont me manquer (sauf ceux qui râlaient quand on disait qu'on appréciait pas leur livre) mais voilà...

Je pense que le côté amateur qui présidait à ma démarche lorsque j'ai créé ce blog devient risible car beaucoup de pros ou blogueurs bien implantés, parlent des livres beaucoup mieux que je ne peux le faire et en tous cas avec une culture littéraire que je ne possède pas.

Je pense que la réalité d'une vie est plus importante que la virtualité des échanges même si dans certaines cas elles peuvent se rejoindre.

Je pense qu'il ne faut pas délaisser ses proches pour un plaisir certes enrichissant mais chronophage pour peu qu'on le fasse correctement.

Je vous abandonne donc pour un temps certain. Je ne peux dire si ce sera définitif, j'ai du mal à m'y décider.

Je remercie tous ceux qui ont contribué aux échanges sur ce blog.

Je remercie les partenaires Blog-o-Book, Babelio, Chez les filles, Ulike

A bientôt chez vous à lire vos billets ! Et pour certains je vous suivrai aussi sur FB ou twitter

    Bouquet


.

Posté par thaisg à 13:16 - - Commentaires [23] - Permalien [#]


14 juillet 2010

DIRECTION LE SUD OUEST

Vendredi soir après le travail, direction la plage...cela va faire du bien d'avoir enfin 15 jours de vacances. Je n'ai plus la force de rien en ce moment même répondre à vos commentaires sur le dernier billet !

J'ai vu un film très apaisant  : "la tête en friche"

DSCN2656

Bonnes vacances à ceux qui ont la chance de partir. Je reviens en août ! bises à tous

Posté par thaisg à 11:22 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

04 juillet 2010

LECTURES EN VRAC

Je n'ai pas eu beaucoup de temps ces derniers temps (enfin depuis pas mal de temps), fêtes de fin d'année (scolaire) diverses et variées, un anniversaire important, une organisation pour les vacances des petits et des grands, un boulot par moment stressant...mais un peu de lectures tout de même.

Dans le cadre du blogoclub animé par Sylire j'ai lu "le charme des après-midi sans fin":dany_laferriere

Après le désastre d'Haïti Sylire a proposé une lecture d'un écrivain Haïtien. excellente initiative. Malheureusement, j'ai abandonné au bout d'une cinquantaine de pages. La vie de tous les jours proposée par Dany Laferrière ne m'a pas séduite. Je me suis ennuyée. Je crois que j'avais envie d'un roman plus palpitant !

Mais j'aime beaucoup les couvertures colorées de ses romans !

Sylire a répertorié les blogueurs qui en parlent ICI

************************************************************************************************************************************************

Georges Flipo et son dernier roman, la_commissaire

"La commissaire n'aime point les vers", premier roman policier de Georges Flipo est une bonne lecture de vacances.Plus que l'intrigue, c'est la parure du commissaire qui m'a intéressée, la description du personnage, sa façon de penser et d'agir et vous le jure, elle n'est pas épargnée cette commissaire ni dans sa description physique, ni sa pauvreté intellectuelle ! Mais Georges arrive à nous la rendre sympathique. Vivement le deuxième opus auquel travaille G. Flipo. Liens nombreux sur son site et un petit coucou lui ferait du bien en ce moment.

Merci Géraldine pour le livre !

***********************************************************************************************************************************************

la_routeJe dois être la dernière à lire "la route" et que dire de ce roman sinon qu'il est magnifique ! Dépouillement de l'histoire, une marche de survie dans un environnement apocalyptique de fin de monde dans l'espoir d'un ailleurs meilleur, et dépouillement de l'écriture, dialogue bref et terrible pour mettre en exergue un rapport fusionnel d'un père et de son fils. Que veut nous dire par là l'auteur, je ne sais pas très bien.Est-ce le lien privilégié que représente la paternité qu'il veut proposer, est-ce une fiction prémonitoire de ce qui nous guette, je ne connais pas l'auteur pour savoir ce qu'il a voulu nous dire mais ce que je sais c'est que je n'irai pas voir le film.

Critiques en nombre chez BOB


Posté par thaisg à 18:32 - Commentaires [12] - Permalien [#]

17 juin 2010

"JERICHO" DE JOSEF LADIK

jericho Résumé de l'éditeur First thriller :

En 1816, la frégate La Méduse quitte Rochefort pour le Sénégal et s'échoue sur un banc de sable au large de la Mauritanie. Cent quarante-sept hommes s'entassent sur un radeau. Seuls quinze d'entre eux accosteront sur les rivages africains, après avoir vécu le pire, cannibalisme inclus. Alexandre Corréard, ingénieur géographe, fut l'un d'eux. Avec le médecin Jean-Baptiste Savigny, il fit le récit du naufrage de la Méduse, qui inspira le peintre Théodore Géricault et secoua le régime. L'histoire a écarté le récit qu'il fit de son voyage à l'intérieur des terres, au contact de tribus africaines. La tradition orale y aurait préservé une pratique ancestrale de la parole: la langue de Dieu, dotée d'un pouvoir extraordinaire. Corréard en consigna les détails par écrit. À son retour en France, il ouvrit une librairie au Palais Royal et dissimula son manuscrit dans l'un des contreforts de la Gare d'Austerlitz dont il dressa les plans. Il se consacra à la politique et fut plusieurs fois emprisonné à cause de ses publications pamphlétaires. C'est du moins la version officielle.

Paris, environ deux cent ans plus tard : le Terrible, un sous-marin nucléaire français a tout bonnement disparu des écrans radars. Un groupe qui se fait appeler « Jéricho » revendique le détournement et menace le Président de se servir de l'armement embarqué si celui-ci ne verse pas immédiatement une très forte rançon, en sus de libérer un scientifique spécialisé dans le nucléaire.Deux embarcations à la dérive, deux histoires reliées à travers le temps...Il n'y a pas de voyage plus édifiant que celui qui vous ramène aux origines

Ce résumé a de quoi attirer les lecteurs avides de surprises et je me suis jetée avec gourmandise sur ce roman.Toutes les histoires qui débutent sont au demeurant alléchantes même si on a du mal à voir où elles vont nous emmener et ça j'adore !

On suit un sous-marin nucléaire à la dérive, un tueur psychopathe et un enquêteur, mais il est aussi question de lieux chargés d'histoire, d'un tableau célèbre, de "traqueurs"...

Derrière toutes ses actions, une réflexion plus noble se dégage, puisqu'il y est question de quête d'une Table de la loi qui révèlerait un langage, celui de ou pour la perfection de l'humanité ; un mystère ou plutôt une aventure pour comprendre l'âme humaine.

Je dois dire, que même si je trouve ce roman très intelligemment construit, j'ai eu du mal à adhérer à cet aspect ou plutôt à l'insérer dans la trame de ce roman. Celui-ci est déjà un puzzle assez difficile à construire car il y a plusieurs histoires et la quête à la "Da Vinci code" de m'a pas enthousiasmée. De même, certaines réflexions ou remarques acerbes sur la politique actuelle n'apportent rien sinon de la confusion.

Je lis dans la présentation de l'auteur que celui-ci "conçoit le thriller comme un divertissement offrant à réfléchir sur des questions philosophiques". C'est tout à son honneur mais pour ma part, je crois que cela m'a perturbée !

C'est vraiment dommage car j'ai une impression de "too much" (actions, sang, thèmes abordés, digressions) qui altère la perception que j'ai de ma lecture qui aurait pu être excellente.

Je remercie Suzanne de chez_les_fillespour la découverte de cet auteur ainsi que First editions. Cette lecture m'a cependant donné envie de lire un autre livre de cet auteur.

Qui est l'auteur ? je vous engage à regarder son site . Magistrat, "Jéricho" est son troisième roman.

L'avis d'Yv, Mika, belledenuit,uncoindeblog,

Posté par thaisg à 17:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 juin 2010

"CHATEAU L'ARNAQUE" DE PETER MAYLE

chateau_l_arnaque4ème de couverture :

Par pure vanité, le richissime Californien Danny Roth décide de révéler, à travers un portrait flatteur dans le Los Angeles Times, les joyaux de sa cave, une des plus belles collections de grands crus classés au monde. Quelques temps après la parution de l'article, sa cave est cambriolée. Sommée de lui verser trois millions de dollars d'indemnités, son assurance, méfiante, demande à Sam Levitt, ancien avocat reconverti en
détective privé et fin connaisseur en vins, de mener l'enquête. Sam part donc... en France, évidemment, patrie du vin, de la bonne chère et des jolies femmes. Bien vite aidé par une charmante collègue française, notre « aventurier gastronome » va, en même temps qu'il remonte la piste des dites bouteilles et de leur étonnant voleur, entraîner le lecteur dans un délicieux itinéraire gustatif et sensoriel des vignobles bordelais aux terrasses ensoleillées de la Canebière.


L'auteur : son site
Peter Mayle mange, boit, écrit et vit en Provence. Château l'Arnaque est son dixième livre et son sixième roman. Tous ses ouvrages ont été publiés par NiL éditions : Une année en Provence, 1994 ; Provence toujours, 1995 ; Hôtel Pastis, 1996 ; Une vie de chien, 1997 ; La Femme aux melons, 1998 ; Le Diamant noir, 1999 ; Le Bonheur en Provence, 2000 ; Aventures dans la France gourmande, 2002 ; Un bon cru, 2005. Tous ces titres sont également parus en « Points » Seuil.

Nous goûtons ce roman en Californie, le dégustons dans le Bordelais et la gorgée finale est avalée en Provence, encore et toujours avec Peter Mayle. Je me souviens avoir lue son premier roman, premier succès, "une année en Provence" avec délectation, celui-ci, le sixième roman, confirme l'arôme sucré et la robe singulière du précédent.
Un détective privé, un journaliste et une jolie bordelaise enquêtent sur un vol de précieuses bouteilles dans une cave d'un riche californien. Certes les faits et énigmes s'enchaînent et se résolvent sans grand mystères, ni rebondissements. Mais l'essentiel n'est pas là. Ce qui reste en bouche après la lecture, c'est le frisson évoqué après une gorgée d'Yquem ou de beaumes-de-venise, c'est la parade sensuelle qui prévaut lors d'une dégustation du précieux nectar et c'est la poésie des mots que réclament de telles évocations. Le roman est construit comme un itinéraire de crus et de sensations, servi par une écriture fluide, pour notre plus grand plaisir !

A lire pour des vacances olfactives et gustatives...
Je remercie le blog_o_booket les éditions NIL pour cette douceur

Critiques chez Alicia, Christine,

Posté par thaisg à 18:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]



30 mai 2010

"LE FORGERON D'EDEN" DE DIDIER CORNAILLE

leforgeron_d_eden_grand_format

Présentation de l'éditeur

 

Dans un petit hameau isolé du monde et dépeuplé depuis la fermeture de la mine, quelques habitants résistent vaille que vaille. Léonce, l'ancien forgeron, se souvient... Il refait le monde avec ses compères au café tenu par la jeune et jolie Juliette, dont tout le monde est amoureux. Pour lui, aucun doute, le jardin d'Eden, c'est ici, au coeur d'une nature paradisiaque que rien ne saurait altérer. Mais un jour, autour de l'ancienne mine, une drôle d'odeur se répand, des animaux meurent. L'Eden serait-il menacé ? Fidèle à ses racines paysannes et à sa terre d'élection, le Morvan, qui a nourri la plupart de ses romans, Didier Cornaille nous fait découvrir une belle aventure humaine, pleine des secrets du monde rural et de la nature.

Auteur : blog

Fêtons le retour du soleil avec un Bourguignon morvandais, Didier Cornaille. Il raconte une histoire de rien du tout qui en fait, raconte tout.
Je m'explique..., c'est l'histoire d'un village qui peu à peu se vide car la mine a fermé. Peu à peu les habitants se retrouvent isolés et vivent à leur rythme les vicissitudes de la vie campagnarde entre petites joies et grosses peines. Le bar est le centre de la vie sociale, on y bat le carton et on y boit un canon.
Et puis un jour la mine se rappelle à son bon souvenir. L'équilibre social et personnel des habitants se fragilise, les peurs surgissent mais que se passe-t-il ? Isolés de tout, les habitants se sentent dépossédés de leur droit de savoir ce qui se passe, chez eux. Ils ont le sentiment que c'est pourtant très important puisque cela touche à ce qu'ils ont de plus cher, leur terre.
Ce roman est magnifiquement raconté par quelqu'un qui connait les peurs, les hésitations, les questionnements de villageois dont la vie est simple mais riche. Le ferment du bonheur va être révéler grâce à cette histoire, pour notre plus grand bonheur.

Posté par thaisg à 15:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

23 mai 2010

"UNE PARTIE EN ENFER" F. LAFANI ET G. RENAULT

une_partie_en_enfer

Présentation de l'éditeur

De Boston à Paris, des plages de Nassau aux tables de poker de Las Vegas, bluff et ambition guident les trajectoires de Lars, Hugh, et les autres... Autant de joueurs qui participent sans le savoir à une seule et même partie.

Trop de gens sont morts. Je peux bien dire aujourdhui que je ne voulais pas, que ce
n' était pas prévu, cela ne changera rien. Je pourrais simplement tout révéler à la police, mais j ai besoin de comprendre comment  j en suis arrivé là. Ce qui m a poussé à réaliser les choix auxquels j ai été confronté. J ai besoin de tout reprendre depuis le début, même si je dois pour cela faire rejaillir des souvenirs douloureux. Cette terrible dernière année a commencé, en réalité, il y a très longtemps.
Je ne sais pas encore jusqu'où me mènera cette démarche. Je ne sais pas ce que je serai capable de révéler. Je ne sais pas si j aurai le courage de me regarder en face au fil des mots.
J ai encore le choix. De tout dire ou de me taire.  

 

 

Biographie des auteurs

 

  Florian Lafani a 30 ans. Auteur en 2009 de La Toile, une série à lire en numérique, il a réuni dans ce premier roman deux de ses passions : l'écriture et le poker.

Gautier Renault a 28 ans. De ses études aux États-Unis, il garde un goût prononcé pour la littérature policière américaine.


masse_critique

Si vous aimez plongez dans des polars bien écrits, les intrigues bien construites, les rebondissements multiples, la série « 24 heures », ce livre est pour vous.

Si le poker est au centre de l'intrigue de cette partie en enfer c'est que les auteurs vont nous entraîner dans une formidable partie avec un thriller qui file à 200 à l'heure. Le genre de bouquin qu'on ne lâche qu'à la fin, jusqu'au dénouement final dans les dernières pages.

Chacun des personnage se retrouve embarqué dans une formidable partie de poker sans même le savoir et sans se douter qu'ils en sont le pigeon.

Comme le disait P NEWMANN dans le film « la couleur de l'argent » : « si vous êtes à une table de poker et que vous n'arrivez pas à savoir lequel de vos adversaires va être le pigeon de la soirée, il y a de bonnes chances que le pigeon ce soit vous"

Même ceux que le poker rebute y trouveront leur compte.  La technique est juste au service de l'intrigue, suffisamment claire pour comprendre quelques éléments de la subtilité de ce jeu (ce sport ?).

L'écriture est fluide, pas de description superflue mais le souci constant de garder le rythme, de construite un puzzle au furet à mesure pour aboutir à un final  étonnant mais surtout « effrayant » tant il paraît crédible.

La prochaine fois que vous irez sur un site de jeu sur internet, REFLECHISSEZ à 2 fois avant de plonger !

Belle découverte ce premier polar d'auteurs inconnus, grâce à Katya de chez Babelio et aux éditions First que je remercie. (A chaque fois que j'ai pris les éditions first, je ne me suis pas plantée !)


Posté par thaisg à 18:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

01 mai 2010

FRONDE ET LECTURES

C'est bon d'être fainéant ; enfin presque...je m'explique. La pause blogueste permet le recentrage sur mon activité professionnelle mais aussi sur la famille. Je découvre les horreurs joies de la géométrie et le plaisir des maths "numériques" avec mon fils, je révise aussi mon anglais. Je prépare les inscriptions de rentrée, fait mon marathon annuel entre tous les médecins pour chaque membre de la famille et pense aux vacances d'été. Et beh oui c'est normal, après être rentrés de Munich, il faut penser aux prochaines ! Munich, les plus, même sous la pluie : des pistes cyclables partout, l'ambiance des brasseries, les 'biergarten", la marche en famille tout au long de ses quatre jours, les trams...Petit aperçu

Munich_avril_2010_085Munich_avril_2010_105Munich_avril_2010_110Munich_avril_2010_138Munich_avril_2010_169

Les moins : les trombes d'eau et le Schloss Neuschwanstein inaccessible à l'heure à laquelle nous sommes arrivés, l'architecture en ville pas forcément à mon goût, les saucisses...

Questions blogs, je suis un peu larguée.
J'ai suivi de loin, la fronde des blogueuses injustement attaquée.  Après les mésaventures  d'Antigone, cynthia, et saxaoul... qui ont été insultées critiquées par des écrivains à l'égo surdimensionné qui n'accepte pas les critiques ou des trolls aux commentaires haineux. Mais enfin cet auteur a perdu plein de lecteurs potentiels, et la blogosphère des gentils blogueurs humbles et sincères a gagné, grâce à l'humour ici (.Merci Cécile de cette récap).

Néanmoins je me joins à l'initiative de Faelys (blog que je découvre et dont j'admire l'esthétique !)

droit_du_blogolecteur

Questions lectures, j'ai stoppé après une centaine de pages, trois livres très récemment, et en ai lus deux très vite. Belle découverte que ces polars de F.O.G

immortel.le_lessiveur

"L'immortel" et "le lessiveur", deux polars qui nous plongent dans l'univers du Milieu marseillais. Je pensais sincèrement ne pas ouvrir les livres quand mon cher et tendre me parlait de meurtres en série et d'hémoglobine. Et puis j'ai fait le pas. Certes, les cadavres en série sont bien là mais portés par une histoire prenante, ces polars se lisent avec avidité. Les personnages récurrents sur les deux romans sont attachants. On découvre comment se fait la loi sur les bords de "la grande bleue". L'écriture et le vocabulaire ont le goût du pastis et les magouilles et autres pots de vin l'odeur de la bouillabaisse. Bref, j'ai été bluffée par la lecture de ces deux polars et encore plus par ma propre réaction. Un bon moment !

Je me suis réconciliée aussi avec Marinina. Son dernier livre était un peu long alors qu' elle se renouvelle dans ce petit dernier pour mon plus grand plaisir. L'analyse des personnages est particulièrement bien fouillée.

le_requiem

Chance pour moi, mais peut-être pas pour son auteur, j'ai lu aussi un manuscrit. J'ai beaucoup d'admiration pour ceux qui se lancent dans l'écriture en plus de leur boulot et de leur famille. Je dois dire, que j'ai été scotchée par ce "roman".Mais je ne suis rien, alors dire ce que j'en pense n'est peut-être pas un plus pour lui. J'espère de tout coeur qu'il va trouver un éditeur.

Aujourd'hui 1er mai ! Toujours attendrissant pour moi car j'ai connu mon cher et tendre mari, un premier mai et j'ai été séduite par le fait qu'il offrait toujours à toutes les femmes présentes ce jour là, un brin de muguet. Pour celles qui n'auraient pas la chance d'en recevoir, je vous l'offre  :

muguet

Voilà c'était une petite apparition. Je continue ma pause ! mais promis je viendrai un peu plus vous lire.

Posté par thaisg à 01:25 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

20 mars 2010

J'AURAIS PU...

J'aurais pu vous parler du livre de Justine Lévy "Mauvaise fille". Justine semble fragile et sensible. Son livre est à son image et très bien écrit.

J'aurais pu vous parler du livre de Marie Sizun "la femme de l'allemand". Après le délice de "jeux croisés", je me suis régalée avec celui-ci. Néanmoins je me pose la question du contenu des livres de Marie Sizun. Les femmes seules pas très bien dans leur peau avec enfants sont-elles le fonds de commerce de Marie Sizun ?

J'aurais pu vous parler de l'essai de "Win Tin, une vie de dissident" coécrit avec Sophie Malibeaux journaliste de RFI. Tout le monde a entendu parler de Aung San Suu Kyi, Win Tin a travaillé à ses cotés, a été emprisonné un certain nombre d'années, a été libéré l'année dernière. A 80 ans, il reste un farouche opposant à la junte birmane. Sophie, que je connais, fait parler Win Tin. Ce qu'elle n'écrit pas, c'est comment s'est fait l'entretien, digne de 007...

J'aurais pu fêter mes deux années de blog le jour du printemps mais voilà...

Mes préoccupations professionnelles très denses en ce moment et mes occupations familiales m'éloignent temporairement de mon blog. Vous l'avez constaté je suis moins présente, mon google reader doit être proche de 1000, et l'envie moins présente. Je lis toujours le soir mais m'endort très rapidement.

Je vous abandonne quelques temps, le temps que le boulot se calme et puis que je prenne quelques jours de vacances mi-avril pour découvrir Munich...

Je vous bisoute bien et vous dit à très bientôt

 

Posté par thaisg à 09:48 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

"LA VILLE INSOUMISE" DE JON FASMAN

laville_insoumise

Présentation de l'éditeur

 

A trente-quatre ans, Jim Vilatzer considère que sa vie s'enlise dans la médiocrité. Employé dans le delicatessen que ses parents, enfants d'immigrés russes, ont ouvert dans une banlieue de Chicago, échaudé par un échec sentimental, pris à la gorge par des créanciers, il suffoque et rêve d'un changement de décor. Lorsque l'opportunité lui est offerte de partir en Russie, il la saisit sur le champ. C'est ainsi que le jeune Américain s'installe à Moscou, où il est embauché par la Fondation de la mémoire pour recueillir des témoignages. Peu à peu, il se familiarise avec une ville inhospitalière qui ne ménage pas ses habitants, loin de se douter qu'en tombant amoureux de la belle Kaisa et en rencontrant d'anciens prisonniers, il sera mêlé à un complot d'envergure planétaire, au grand dam du gouvernement russe et de la CIA. Ce thriller mené tambour battant est avant tout une déclaration d'amour à une ville chargée d'émotions et d'histoire ainsi qu'une réflexion tout en finesse sur le déracinement et l'identité familiale.  

 

      

Biographie de l'auteur

 

  Né en 1975 à Chicago, Jon Fasman a étudié à Brown University et à Oxford, puis a travaillé comme journaliste à Washington, New York, Moscou et Londres. Son premier roman, La Bibliothèque du géographe, a été traduit dans une dizaine de langues.  

Autre découverte de la Russie avec un roman d'un auteur américain cette fois-ci.

J'ai eu beaucoup de peine avec ce livre, tiraillée entre l'abandon et l'envie de savoir. J'ai du mal à savoir ce qui m'a réellement plu. Essayons tout de même.

L'histoire est simple ; un jeune homme américain rate tout dans sa vie et poursuivi par une dette, décide de quitter le pays. Par un ami, il trouve un poste en Russie pour une mission. Il s'agit d'interviewer d'anciens prisonniers. Cette mission va l'entrainer dans une course à laquelle il ne s'attendait pas, entre services secrets, service de l'ambassade etc. Je dois dire que j'ai été assez souvent paumée et que cette histoire ne me semblait pas plausible. J'avais l'impression de lire le club des cinq en Russie version adulte, coup de feu en plus et chien excepté avec des longueurs...

Le personnage est tout de même attachant, un looseur que l'on a envie de prendre en main, intuitif et rebelle à sa façon. J'ai apprécié le style d'écriture et surtout tout ce que l'on apprend sur le quotidien des moscovites ainsi que sur les conventions sociales inhérentes à la vie dans ce pays.

chez_les_fillesJe remercie Suzanne de "chez les filles" et les éditions du Seuil pour l'envoi du livre.

Critiques chez uncoindeblogsaxaoul,

Posté par thaisg à 09:19 - - Commentaires [5] - Permalien [#]



Fin »